Plateau des Bolovens : veaux, vaches, cochons…

Le sleeping bus pour Paksé est au top, on a tout l’avant du bus pour dormir, on se met en travers pour que Fabrice puisse se déplier (comme dirait ma grand-mère) et tout le monde dort….

Paksé, ce sera finalement 2 heures d’arrêt dans la boulangerie française du coin, la ville est peut être sympa mais après la pollution de Vientiane, on aspire de nouveau à de l’air frais.. En plus, l’agression des chauffeurs de tuk tuk qui rentrent dans le bus de nuit alors qu’on est même pas descendu et encore ensommeillés, en nous criant « where do you go ?? paksé paksé!! » sans même un bonjour, c’est rude ! D’autant qu’on est à 300m du centre ville, donc pour la course en tuk tuk, faut quand même pas abuser !

On décide de retirer de l’argent et de partir directement pour le plateau des Boloven, la zone à visiter dans le coin. Le plateau est immense, avec plantations de cafés, cascades et jolies rizières à voir. La plupart des touristes loue une moto à partir de la ville pour 2 ou 3 jours et en font le tour. On va, pour notre part, se poser dans le nord du plateau et sillonner à partir de là.

On trouve un gentil chauffeur de tuk-tuk qui parle parfaitement français et qui nous emmène à la gare routière, 10 kms plus au Sud.

Là, on rigole moins, pas un touriste et surtout personne ne nous adresse la parole quand on dit qu’on va à Tad Lo… bizarre… je vais voir le préposé aux tickets qui me donne le prix (30.000 kips par adulte, gratuit pour les enfants) et qui m’indique un grand bus blanc. On s’en approche et le chauffeur fait signe qu’il ne nous prend pas…et se barre… avec son bus !

gare routière de Paksé

Je retourne voir le préposé qui semble étonné et me dit que le prochain bus est à 13h… (il était 9H30 du matin)… rahhhhh !

Et là, un chauffeur de gros tuk-tuk nous dit que c’est lui qui va à Tad Lo… ça nous semble super étrange, on aurait préféré un bon gros bus local, il y a quand même 2 heures de route et surtout pourquoi l’autre chauffeur est-il parti sans nous prendre ???

On décide de faire confiance (les Lao qui sont dans le bus vont bien à la ville suivante Salavan) et on grimpe dans le tuk-tuk…. Le chauffeur charge entre nos jambes des dizaines de cartons de riz, nos bagages par dessus, et arrive à caser 13 personnes dans son camion…. On est serré comme des sardines, les pieds ne peuvent pas bouger et notre cher chauffeur parvient à prendre encore 3 personnes en chemin… rude, mais finalement très sympa ! Fabrice est à l’arrière avec le chargement de poissons-chats vivants dans un énorme panier !

Tad Lo est au Nord du plateau des Boloven, dans la province de Salavan, on voit ici beaucoup moins de rizières et beaucoup plus de plantations de cafés et de bananiers, ce n’est pas très montagneux mais on grimpe tout de même pas mal.

Ici, vivent en harmonie familles, veaux, vaches, cochons (dont une énorme truie obèse) poules. C’est la campagne, avec quelques guest-houses et restaurants (à recommander chez MamaPa et chez Palamai, endroits chaleureux et nourriture copieuse !). Peu de gens restent là plus d’une nuit, mais certains ont du mal à en partir ! On a croisé une espagnole qui s’y est installée, mariée avec un Lao et ouvert un petit resto…

Tous les soirs, les habitants se baignent et se lavent dans la rivière, les femmes sont en sarong. On y fait la lessive également.

Tad Lo, vue de l’hôtel

On choisit un hotel à 6€ la nuit (on a payé la vue sur les cascades, la plupart des bungalows sont à 4€), et on part se balader. Les habitants sont très gentils, toujours souriants. On va voir les cascades environnantes et on décide de louer des motos pour le lendemain afin de visiter les alentours.

Pas moyen de trouver une moto avec vitesses automatiques, il faudra que je me fasse aux vitesses manuelles… j’aime pas, surtout avec un enfant derrière ! Mais je m’y fais,  et on passe une chouette journée à visiter des cascades aux alentours (vue d’en haut, vue d’en bas), à nager dans les bassins avec les enfants du coin, à tomber en panne d’essence – c’est décidément la tradition en Asie, il se passe toujours quelque chose avec les moyens de transports- Les habitants qui nous ont aidé à trouver le pourquoi de la panne ont bien rigolé en ouvrant le réservoir…. Mais à notre décharge, le témoin était sur « full » !

Plateau des Bolovens

Hannah et Maceo sont très regardés, et nous, on admire les enfants des autres… ils sont très beaux, souriants, venant vers nous. Beaucoup de femmes sont enceintes ou avec de petits bébés en écharpe.

Cette zone est une des plus bombardée pendant la guerre d’Indochine, des associations déminent les environs (des UXO, engins explosifs non désamorcés) et cette année, il n’y aurait eu que 100 morts!

Le chiffre est impressionnant, même si les Lao sont contents qu’il ait diminué. On ne peut donc sortir des sentiers battus sans guide pour indiquer si la zone a été déminée ou pas… On reste donc sages et on suit les circuits touristiques (et comme c’est la saison basse, on n’en voit pas tant que ça!)

En revenant vers Tad Lo, on s’arrête pour voir les éléphants du coin. Fabrice fait une bête chute (à pied, pas en moto) sur un caillou et se tord la cheville.

On rend les motos, tant pis pour les plantations de cafés…

On rencontre un couple d’Australiens d’une cinquantaine d’années qui font le tour du monde en camion 4*4 depuis 3 ans, ils ont fait l’Afrique, l’Europe du Sud, la Russie, la Mongolie et arrivent de Chine… super soirée avec eux !

Le lendemain, c’est une grosse matinée école, Fabrice se repose, les enfants sont au calme, face à la rivière et aux chutes. Les enfants de l’hôtel (pas d’école pour eux encore) nous tournent autour intrigués. Je leur prête l’ardoise effaçable et ils s’occupent.

Maceo fait son évaluation no 2 de Maths sans rechigner et souhaite attaquer les arts visuels. C’est parti pour 2 heures intensives et appliquées, Hannah s’y met aussi et suit les instructions : dessiner un @ sous forme d’escargot, de queue de singe ect…

On sort pinceaux et peinture et Hannah et le petit garçon (impossible de retenir son prénom) se lancent.

Quant à moi, je m’accorde l’après-midi pour bouquiner et roupiller…. Les enfants se baignent dans la rivière (après fortes supplications !), nous, on regarde seulement !

Une journée plutôt tranquille, ça fait finalement du bien de ne pas faire grand-chose…

Retour sur Paksé en bus local (on a compris le truc, il y a une alternance de gros bus et de tuk-tuk et on nous confirme que le bus de 9h30 est plutôt bien), on s’installe, la musique thai est à fond, on ne peut monter par l’avant car il y a une moto dans le bus. Au bout de 20 mns, on s’arrête…. Panne ??? Non, chargement de bananes !!!! Il y en a partout, on pose la question tout en se doutant de la réponse : « heuu, vous comptez charger toutes les bananes qu’il y par terre ???? »

Il faudra 4 personnes et 1 heure pour monter et attacher tous les régimes sur le toit du bus ! En attendant, on meurt de chaud, on s’amuse avec les enfants en uniforme qui devraient être à l’école… Le charme des bus locaux !
A Paksé, même envie qu’à l’aller, encore plus déterminée…

On vient de passer trois jours dans un village de campagne, aucun désir d’agression sonore ou autre, on prend directement un autre bus local pour le Sud, direction les 4000 iles…

Et c’est reparti pour 3 heures de tuk-tuk tape-fesses… on est quand même moins serré, il n’y a pas autant de chargements de cartons qu’en allant au plateau des Boloven ! A la gare, en attendant le départ du bus, Hannah et moi faisons une petite manucure… trois Laotiennes ont leur petite mallette et proposent leurs services aux femmes qui voyagent… je me retrouve avec les ongles vernis rouges, rahhhh une touche de féminité, ça fait du bien !!! (quand je pense que j’ai pris une mini trousse de maquillage qui n’a pas bougé du fond de mon sac depuis plus d’un mois !)

Le soir, on retrouve le Mékong en arrivant en face des 4000 îles (disons qu’on en voit une bonne trentaine si on compte les ilots avec 3 arbres chacun dessus, mais la zone est immense et on n’a pas tout parcouru en bateau), une embarquation (toujours au ras de l’eau) nous attend ; il y a deux iles, Don Det et Don Khon, on choisit la 1ère par hasard surtout… Le trajet est très joli, surtout avec avec le soleil couchant… ambiance tropicale sur l’île, cocotiers et petites maisons qui bordent le Mékong… on sent que ça va être calme et reposant…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 réflexions au sujet de « Plateau des Bolovens : veaux, vaches, cochons… »

  1. Grrrrreat! Je me fais une petite séance de rattrapage, je n’avais pas lu votre blog depuis quelque temps.. Il faut dire que j’étais sous une tente en Islande qui s’est cassée et couverte de glace les dernières nuits, je ne suis pas sûr que tes descriptions tropicales ne m’auraient pas un peu trop donner envie.. Amusez vous bien et d’énormes bisous aux pitchouns!

    • tu arrives à temps! cela fait trois jours seulement que je peux mettre le blog à jour, pour cause de réseau défaillant au laos…(ou absent, c’était selon!)… rahhh l’Islande en septembre, il faut croire que tu aimes! profites bien d’un retour dans un petit appart chauffé!

  2. Coucou la petite famille !!

    Oh la la, tout ce qu’on a à rattraper !! On a pensé très souvent à vous, mais voilà, on est un peu lent par ici … Et là, on en prend plein les yeux, Mathias et Marie-Sarah sont subjugués : ils voient Macéo et Hannah au milieu de ces magnifiques paysages et les envient beaucoup !! Ah, c’est décidé, vous suivre devient un rdv quotidien désormais !! A très bientôt donc et gros bisous à tous les 4 de nous 4 !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s