Puerto Princesa, arrivée en douceur sur l’île de Palawan

A Manille, on ne sera qu’en transit… c’est bien la seule ville d’Asie qu’on souhaite éviter et qu’on nous a déconseillé. Bien sur, des tas de touristes la visitent et n’ont aucun souci mais l’insécurité qui règne dans certains quartiers ne nous inspire pas du tout en tant que famille… Autant éviter de se rapprocher d’éventuels problèmes !

Ambiance à l'aéroport de Manille

Ambiance à l’aéroport de Manille

On passe donc d’un terminal à l’autre en bus local… on retrouve la chaleur de l’Asie, ses petits prix, 20 pesos le trajet (soit 40 centimes d’euros) par adulte (gratuit pour les enfants). Au terminal 3, c’est Noël : des sapins et guirlandes partout et des crèches. Comme dit le Lonely Planet, c’est l’Asie mais ici les tuk-tuk sont des tricycles et les moines sont des prêtres. Les Philippines sont un pays chrétien, anciennement colonisés par les Espagnols, d’où les pesos. On attend longtemps dans l’aéroport pour enfin avoir notre avion Manila/Puerto Princesa, la capitale de l’île de Palawan. Organiser ce voyage n’a pas été facile, les Philippines étaient envisagées mais sans plus. On comptait d’abord aller en Indonésie. On suit donc les conseils d’anciens voyageurs en choisant cette île mais il y en a beaucoup d’autres. En trois semaines, on aurait au moins pu en faire deux, voire 3, mais on est de plus en plus en mode « slow travel » quitte à en voir moins. A Puerto Princesa, on a choisi l’hôtel House of Rose par hasard (lectures sur voyage-forum), il y a une piscine et on se dit que c’est plutôt pas mal dans une grande ville. Sauf que l’hôtel est en fait excentré. Pas très grave, d’un coup de tricycle pour 50 pesos, on est au centre ville. L’ambiance est sympa, et Susan gère l’ensemble de 6h à minuit sans faiblir (tant que le propriétaire a tendance à s’assoupir devant sa bière et la tv).

House of Rose

House of Rose

La ville n’a pas un grand intérêt si ce n’est de tester le tricycle à la place du tuk-tuk et de faire un peu de shopping (les enfants attendent Noël comme tous leurs copains de France, ce sera juste beaucoup plus limité en termes de cadeaux, 1 principal et quelques babioles !).

Supermarché à Puerto Princesa

Supermarché à Puerto Princesa

Tricycle spécial "anniversaires"

Tricycle spécial « anniversaires »

On en profite pour se racheter gel douche, et Hannah et moi nous offrons même un après-shampooing. Nos pauvres cheveux ont bien souffert pendant ce voyage…

D’ailleurs, on fait tous un stop chez le coiffeur.. On a du mal à croire les prix, 50 pesos la coupe, soit 1 euro, mais si c’est bien ça ! Maceo veut de nouveau une coupe courte, pour Hannah et moi, ce sera une belle égalisation et Fabrice se fait couper très très court ! (économies de shampoing garanties !).

On rachète des lunettes aux enfants, une paire perdue, une paire qui ne permettait plus de voir à travers… 70 pesos la paire de Ray-ban, elles devraient durer au moins 2 semaines !

A Puerto, la circulation est dense, mais ça reste une « petite » ville… On trouve même un Mac Do dont l’ouverture a été fêtée 8 jours avant et comme prévu, les enfants se dandinent devant pour qu’on s’y arrête. Allez, troisième fast-food du voyage, on aura été raisonnable ! Au Mac Do, il y a des Mac Spaghetti au menu et du poulet avec du riz… couleur locale !

Les prix sont moitié moins qu’en France, mais on imagine que cela reste cher pour les Philippins.

Deux petites personnes âgées se régalent, elles nous font sourire… On se demande si elles sont déjà allées dans cette enseigne avant !

Mac Do à Puerto Princesa

Mac Do à Puerto Princesa

Je me fais plein de copines dans les toilettes, les adolescentes me posent plein de questions sur mes vacances, mon pays d’origine ect… Le niveau d’anglais des Philippins ferait pâlir n’importe quel Frenchie qui se rendrait dans ce pays… Tout est écrit en anglais (dans les pharmacies, les supermarchés ect). Pourtant leur langue est le tagalog. Ils apprennent l’anglais très tôt à l’école et c’est devenu une seconde langue. Egalement, on est surpris de la politesse de ce peuple. Chaque phrase est ponctuée d’un Sir ou Mam (pour Madame)… Ce qui fait un peu l’effet d’être Scarlet O’Hara dans Autant en Emporte le Vent à coup de « yes, Mam ; of course, Mam, give me your luggage, Mam, Please, Mam… ». On est rassuré de voir qu’ils se parlent entre eux de la même manière… ils sont justes très polis ! Après les « mate » et l’usage intensif du prénom en Australie, nous sommes un peu décalés… Mais on finit par s’y mettre aussi ! On fait deux jours d’école, de baignade, de tours en ville pendant notre séjour à Puerto Princesa. On découvre un excellent restau à coté de l’hôtel, où seuls des Philippins viennent déjeuner… Le Prince Andrew y est passé en 2001, sa photo est exposée en format triple A1 dans l’établissement. Une fierté locale apparemment!

Restau sur la mangrove

Restau sur la mangrove

A l’hôtel, la nourriture n’est pas terrible. Fabrice craque après avoir testé un curry de poulet infâme et propose à Susan de lui montrer comment faire… Il achète les ingrédients et lance un cours de cuisine… fameux ! Susan nous propose de basculer dans une VIP room avec deux lits doubles, avec petits-déjeuners inclus, sans nous faire payer plus. Les enfants sont ravis de ne pas dormir sur leurs matelas par terre…Il y a même la télé, pas vraiment utile dans ce genre d’endroits… on préfère se baigner dans la piscine quand on est l’hôtel. On décide d’ailleurs de revenir passer le Nouvel An ici, on décolle le 2 janvier de cette ville. Maceo a une boule sous l’aisselle, comme on part plus au Nord et qu’au niveau sanitaire, cela va être moins évident, je pars à l’hôpital avec lui pour faire vérifier ça. En 10 mns top chrono (soit l’équivalent d’un exercice de maths en salle d’attente), on est reçu. Pendant que l’infirmier le pèse, sa collègue cire ses chaussures sur la table de soins.. Hum… Maceo a une piqure de moustique qui s’est un peu infectée et le médecin décrète que la petite boule est donc une réaction à l’infection. Antibiotiques pour la semaine. On met deux heures à trouver la pharmacie qui vend le médicament. Le chauffeur de tricycle nous a fait faire le tour de la ville. On n’en saura pas plus, on a un doute sur le diagnostic, mais que faire d’autre ? On finit par se rendre à la gare routière, avec quelques heures de retard mais on trouve sans problème un bus local pour Sabang, plus au Nord, deux heures et demie de trajet (officielles !) pour 200 pesos par adulte (4 euros), et après une légère hésitation, la gratuité pour les enfants… On a même pas négocié, cela nous semble ultra raisonnable et visiblement, tout le monde paye ça.

Gare routière Puerto Princesa

Gare routière Puerto Princesa

On en profite pour faire quelques photos, les enfants sont très beaux dans ce pays.

Gare routière Puerto Princesa

Gare routière Puerto Princesa

Le chargement est digne d’un équivalent lao… On a les sacs de riz aux pieds et des marchandises partout sur le toit, mais on est ravi de repartir en vadrouille (cheveux au vent et fesses sur des banquettes de bois à peine rembourrées), en plus, il n’y a pas de vitres, et comme le bus va aussi vite qu’un escargot dans les montées, on peut admirer les petits lézards qui traversent la route et les grains de riz que les locaux vont sécher sur le bas-côté !

Chargement du toit d'un bus

Chargement du toit d’un bus

Les paysages sont superbes, de grandes montagnes couvertes de cocotiers. Maceo fait une session de mathématiques pendant une heure, le reste du temps, on est penché à la fenêtre… Entre le bruit et la lenteur, on pourrait se croire dans un train !

Trajet PPS/Sabang

Trajet PPS/Sabang

On arrive à Sabang en milieu d’après-midi, tous contents de notre premier trajet en bus local…

2 réflexions au sujet de « Puerto Princesa, arrivée en douceur sur l’île de Palawan »

  1. Ils parlent le Tagalog 🙂
    Hey! Bonne année les amis! Vous me manquez terriblement. Je lis vos aventures comme un roman. Bisous.
    La voisine

    • ahhhh, une qui suit et qui a remarqué qu’il manquait un mot!!!! (je ne comprenais pas ton message au départ)… ça y est, c’est corrigé! bonne année voisine!!!! tu nous manques aussi, mais quand même, on est bien en voyage!

      les ailleurs en famille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s