Toutes à l’école, 2 journées hors du commun…

Depuis 3 ans, nous parrainons une jeune fille cambodgienne afin de lui permettre de suivre des cours dans une école créée par une association française, Toutes à l’Ecole.

Toutes à l’école HAPPY CHANDARA

Happy Chandara

Elle s’appelle Rathany, elle a aujourd’hui 16 ans (15 pour nous, car au Cambodge, on compte 1 an le jour de la naissance), elle est en septième (soit l’équivalent de la 5ème en France).

Cette association est partie du principe que l’éduction devait passer par les femmes, et donc par les filles. Le Cambodge est un pays les plus pauvres au Monde, qui a été dévasté par une guerre civile. Les habitants essayent souvent simplement d’avoir de quoi se nourrir. Nous voyons de nombreux mendiants dans les rues de Phong Phem, et beaucoup d’enfants qui tournent autour de nous essayant de nous vendre des petits bracelets. C’est pourquoi les enfants vont peu à l’école, ils peuvent travailler et rapporter de l’argent.

En contrepartie des heures passées à l’école par les fillettes et pour qu’elles soient assidues, l’association donne chaque mois aux familles les plus pauvres riz et huile.

Inclure le Cambodge dans notre mini tour du monde nous a paru évident, c’est bien de recevoir des photos et des lettres de notre filleule ainsi que les newsletters de l’école ; mais la rencontrer nous tenait à cœur.

On passe à l’école deux jours fabuleux.  Michèle, bénévole au grand cœur de cette association, nous a accueillis pour nous faire visiter l’école. On est agréablement surpris, voir étonnés : les bâtiments sont colorés, en très bon état, les classes sont jolies. Chaque fillette reçoit des uniformes, de la petite culotte au chemisier, un cartable, des fournitures scolaires, un casque de vélo…  Le contraste est fort avec les écoles vues dans le pays où les enfants s’entassent dans une seule grande salle plutôt sombre.

Happy Chandara

Il y a un cabinet médical, un cabinet dentaire ultra moderne, tout le matériel a été fourni par des dentistes au bon cœur ; les fillettes qui arrivent à 6 ans ont environ 20 caries chacune, elles ne sont jamais lavées les dents.

On visite les classes de khmer, d’anglais, de français, les salles d’informatique, de cuisine. Les fillettes font du sport dans la cour… elles sourient, et elles sont belles à croquer !

Happy Chandara

L’école a été créée en 2006 avec un niveau de CP, puis les enfants ont grandi et les premières classes de collège ont été ouvertes avec la création d’un nouveau bâtiment à quelques centaines de mètres de là.

Il devient soudain évident que chaque euro envoyé est réinvesti dans ces écoles. Les conditions de scolarité offertes à ces enfants sont au delà de ce qu’on imaginait.

Happy Chandara collège

A la récré de 9h15, on y rencontre notre filleule et sa sœur Phanith (dans la même classe, elles ont un an de différence)..on est tous un peu timides, c’est difficile de savoir quoi se dire quand on se rencontre enfin !

Rathany, sa soeur Phanith et une de leurs amies

On découvre l’internat qui a été ouvert récemment ; 40 enfants y sont accueillies. Les conditions de vie chez elles sont tellement précaires que la vie scolaire en était perturbée. Leurs dortoirs sont adorables, des jolis lits et armoires Ikea, offerts par un donateur, des poupées et des oursons bien alignés sur les coussins. Peu d’habits dans les armoires. Une grande salle commune pour jouer le soir, ou coudre, ou lire…

La direction de l’école nous est présentée, les professeurs dont quelques expatriés français. On déjeune à leur table, on discute de leur vie ici.

Sous les préaux, les enfants de primaire mangent sur des nattes, les collégiennes à table mais chacune lave son assiette à la fin du repas et toutes débarrassent et rangent les tables et chaises.

Happy Chandara

Juste après le déjeuner, on part voir la famille de Rathany, avec les filles, Michèle et Albert, le chargé de mission informatique/site web. Il nous filme et nous prend en photo…

On est 8 dans le tuk-tuk et on doit traverser la rivière car Rathany habite sur une ile.

Le tuk-tuk grimpe donc sur un bac peu rassurant, les filles ont l’habitude, elles font le trajet tous les jours à vélo, Maceo et Hannah n’en reviennent pas d’être sur un tuk-tuk qui navigue sur un bateau !

Tuk-tuk qui prend le bac

L’ile est jolie, quelques maisons bordent la rivière et on s’arrête dans l’une d’entre elles, ou plutôt sous, puisque comme au Laos, la vie quotidienne se passe entre les pilotis de la maison.
La grand-mère, la mère et la tante de Rathany nous accueillent. C’est un moment très émouvant…

Rathany et sa grand-mère

Je demande à la maman son âge ; elle est de 74 soit seulement deux ans d’écart avec moi. Forcément, je fais le parallèle et me dis qu’on est vraiment nées dans des mondes complétement différents, et que naitre en Occident est quand même une sacrée chance dans la vie… Son mari est mort il y a quelques années ; elle a fait inscrire ses filles il y a 4 ans dans l’école, se disant que c’était peut-être une vraie chance pour elles d’apprendre nettement plus qu’à l’école cambodgienne.

La mère de Rathany

On offre aux filles des petits cadeaux rapportés de France et trouvés à Phnong Phen et surtout un panier alimentaire à la famille… Il nous paraissait énorme en l’apportant ici, mais le dépouillement des maisons est tel qu’on aurait pu en prendre le double !

Maison de la famille de Rathany

La tante nous offre de la coriandre sous forme de feuilles de salade. On ne souhaite prendre qu’un bouquet, mais elle nous donne tout ce qu’elle a : interdit de refuser !

Difficile d’écrire ce que nous avons ressenti; Albert traduit parfois pour nous nos questions, mais surtout nous échangeons avec ces femmes des regards et des sourires.

Rathany, Phanith, Maceo et Hannah

Le lendemain, nous revenons pour la fête de l’école. Rathany reçoit son diplôme de 1ère de la classe (on parraine la meilleure, c’est pas le top !), on a droit à quelques discours, des chansons et des danses traditionnelles. Hannah est subjuguée.

Fête de l’école Happy Chandara

A la fin, le dj passe des morceaux récents et toutes les filles dansent : même à 6/7 ans, elles sautillent comme si elles étaient en discothèque, elles sont justes trop mignonnes ! Les nôtres font leurs timides mais finissent par se prendre au jeu. Maceo est l’attraction de ses demoiselles, Hannah est emmenée par ses nouvelles copines sur la piste et danse avec elles. Quant à Fabrice et moi, plusieurs fillettes viennent nous chercher et dansent de bon cœur…

Fête de l’école Happy Chandara

Fête de l’école Happy Chandara

Fete de l’école Happy Chandara

Fête de l’école Happy Chandara

Rathany n’aime pas trop danser, on discute un peu, on se regarde, on la félicite pour ses notes et on lui demande de continuer ainsi.

Le départ est très dur, laisser notre filleule et toutes ses enfants si joyeuses qu’on ne connait que depuis 2 jours nous serre le cœur. On a envie de rester… ou de les emmener avec nous…

Fin de journée pour les élèves

Fin de classe pour les élèves

On réalise que notre petite aide n’est vraiment pas grand chose ; l’école et toute son équipe ont besoin de fonds pour continuer… L’Oréal va peut-être sponsoriser un centre de coiffures pour former celles qui n’auront pas le niveau pour entrer à l’université. Fabrice et moi nous posons des questions sur l’avenir de Rathany, on a encore le temps, elle a encore 4 années de classe avant le bac khmer. Mais ensuite ?

On espère vraiment que notre petite goutte d’eau permettra de changer le cours de la vie de Rathany, mais on se sent vraiment minuscule quand on voit tout ce que cette équipe franco-khmer fournit au quotidien pour éduquer ces enfants…

Sans aucun doute, ce sont les deux jours les plus émouvants de notre voyage… On repart de Phnong Phen avec un énorme pincement au cœur.

Toutes à l’école HAPPY CHANDARA

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une réflexion au sujet de « Toutes à l’école, 2 journées hors du commun… »

  1. Ping : Un reportage qui nous tient à coeur | ailleurs en famille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s