Il était une fois Red Bluff : requin et kangourou trop gourmands !!!!

AHhhhh Red Bluff : c’était au départ juste un point sur une carte (même pas écrit, car si petit). Il y a quelques mois, on rencontrait Cécile, compagne de notre ami Luc… Elle a vécu en Australie en 1999 comme moi, et a été dans l’état de Western Australia. Un soir où elle dinait à la maison, et que notre grande carte d’Australie était affiché pour organiser le périple down under ; elle m’a montré un point sur une carte. « Tu vois, là, au dessus de Carnavon, il y a une plage, Red Bluff, un paradis, j’y suis restée plusieurs mois, je n’arrivais plus à en partir »… Moi, quand on me dit un truc pareil, ça reste gravé dans mon esprit… Et sur le trajet Exmouth-Perth, puisque nous sommes en train de redescendre vers la capitale de l’Etat, je m’étais jurée d’y faire un tour !

Et on a eu raison !

On a donc repassé le tropique du Capricorne, sans doute à 500 kms en ligne horizontale de l’endroit où on l’avait traversé il y déjà 10 jours dans le désert ; et on arrive à Carnavon (4000 habitants !!!) pour refaire le traditionnel plein (nourriture, glace, essence…). C’est la ville des fruits et légumes ; les bananes de Carnavon sont réputées dans tout le pays (ce n’est pas pour autant qu’elles seront moins chères !)

On traine un peu en ville, il y a une animation en préparation : 4*4 et motos version Paris Dakar.

Ville de Carnavon

On s’offre notre premier « restau » qui deviendra un take-away sur l’herbe. L’Anglican Church prépare hot dogs et hamburgers devant le stand de départ des véhicules.  Le visitor centre nous donne quelques renseignements sur les endroits où l’on souhaite aller plus au Nord. On recroise Ben et Anaïs au supermarché du coin.

Puis on repart vers le Nord, par un raccourci de dirt road pour 4WD.

On arrive aux Blowholes ; des falaises sur lesquelles la mer claque, ce qui projette en l’air de l’eau (20 mètres dixit le Lonely Planet). Il y a là un camping rudimentaire, mais dans lequel on ne peut séjourner car celui-ci n’a même pas de toilettes et qu’il faut avoir ses toilettes chimiques (soit camping car ou van aménagé).

Blowholes

On ramasse du bois, apparemment les feux de camps sont autorisés à condition de ne pas prendre le bois de la station vers laquelle on se dirige.
Une énorme pancarte annonce les dangers des vagues de la région : les king waves. La mer peut être calme pendant des heures, et soudain une grande vague arrive, et déborde sur les rochers. De nombreux pécheurs y ont perdu la vie et comme partout en Australie, les dangers sont toujours mis en avant pour éviter de nouveaux drames.

Warning!!

On continue jusqu’à la Quobba station, la propriétaire nous indique que le camping ici est plus moderne que celui de Red Bluff (qui lui appartient aussi, à 60 kms au Nord) ; on hésite, l’endroit est réputé pour la pèche, mais pas vraiment de plage ; donc idéale pour Fabrice mais pas pour nous.
On se décide (après de dures parlementations tout de même !) et on continue jusqu’à Red Bluff. La route est vraiment en mauvais état ; 4*4 recommandé ! 60 kms pendant lesquels on croise des chèvres-moutons…enfin un mélange des deux !

Egalement, la dirt road croise une autre route goudronnée et en parfait état sur laquelle nous n’avons pas le droit d’aller. C’est le chemin des road trains qui vont de l’immense lac salé vers la mer. On imagine qu’il y a une usine au bout ou un port pour livrer le sel.

Road train

Enfin, le tournant vers Red Bluff ; l’endroit est magique. On est à plus de 120 kms de Carnavon. Cela fait encore partie du parc marin Ningaloo Reef qui démarre plus haut à Exmouth.

Red Bluff

Une immense plage avec des emplacements pour camper quasiment invisibles et éloignés les uns des autres. Comme autres types d’hébergements, il y a des tentes type lodge ; qui ont tout le confort ou des hampers, sortes de cabanes de pécheurs au confort plus que rudimentaire. Une table et des lits, c’est tout.
Jim s’occupe des lieux depuis 8 ans déjà. J’explique qu’on a une tente mais qu’on est aussi tenté par les autres types d’hébergements mais que les prix annoncés sont trop élevés pour nous. Il est super sympa et nous offre de ne pas faire payer les enfants ; soit la tente de luxe à $170 ou la cabane à $45 au lieu de 80. Comme quoi, la négociation peut marcher y compris dans un pays comme l’Australie.

Red Bluff, cabane et lodges au fond

Banco pour la cabane : 4 lits et 4 matelas plein de sable ; pas de portes d’entrée ni de sortie , « very rustic but with a killer view » comme disent les Australiens ; et un emplacement pour faire du feu (la 1ère fois depuis qu’on campe ; on en est période sèche, les feux sont interdits).

Notre petite cabane « rustic » a Red Bluff

Les toilettes sèches, avec vue sur la mer également, sont à une centaine de mètres de là, près du « shop » ouvert en période touristique ; il y a même une boite aux lettres de la poste australienne (il vient jusque là le facteur ????).

On s’installe tous heureux de notre affaire ; Fabrice se lance dans le nettoyage des matelas tandis qu’on improvise des draps avec les foutas et autres duvets… Quand on vous dit que c’est rudimentaire, c’est rudimentaire !!!

Un diner au coin du feu plus tard, avec chamallows grillés et on est au paradis. La vue sur la plage immense ; les quelques lumières des autres habitants au loin ; des kangourous sur la colline qui côtoient des chèvres ; c’est ça le bonheur non ????

Hannah et gwen au coucher du soleil

Maceo et Fabrice partent pécher, au pied de la cabane. Hannah et moi, on se couvre d’un duvet pour regarder les étoiles tout en écoutant le bruit des vagues. Le ciel est extraordinaire, les étoiles scintillent ; on est bien.

Au moment où je couche Hannah, on entend par dessus le bruit des vagues, Maceo qui éclate de rire et qui crie « un requin, un requin »…. Je ne suis pas sure d’avoir bien compris mais on se dépêche d’aller voir. Maceo est surexcité, et il nous crie « on a péché un requin, on a péché un requin ! »… Il attendait ça depuis le Ningaloo Park, où Fabrice avait cassé ses montages à essayer d’en sortir un. Il n’est pas énorme, mais tout de même assez impressionnant ! Un vrai requin à même le sable.

Requin peche a Red Bluff

On décide quand même de le remettre à l’eau ; on n’a rien pour conserver une bête pareille en pleine nuit !

Maceo s’endort ensuite sur la plage, heureux de sa soirée… « il faudra le raconter à mes copains dans mon exposé de l’école, Maman » !!!

La nuit est bonne, enfin un matelas, même un peu sableux, pour nous remettre d’aplomb !

La journée sera aussi agréable que notre soirée de la veille. On a la plage pour nous ; on voit vraiment très très loin d’autres pécheurs ou baigneurs… Coté baignade, on avoue ne pas être allés très loin dans l’eau ; le requin d’hier a quand même été péché là ! En plus, il y a des vagues assez fortes au bord de l’eau ; pas de quoi surfer, l’endroit est visiblement très prisé pour ses belles vagues pendant les mois d’hiver.

Plage de Red Bluff

Une super journée au bout du monde ; pêche, sable fin, baignade, repos dans la petite cabane qui si elle n’est pas très hermétique, protège assez bien du soleil!

Plage de Red Bluff

Killer view from our hamper

Le soir, c’est de nouveau feu de camp, saucisses sur une grille qu’Hannah a trouvée dans une autre cabane et pommes de terre cuites dans la cendre. On se régale…

Coucher de soleil a Red Bluff

On descend sur la plage tous les quatre avec nos chaises et duvets pour se réchauffer ; Fabrice est rejoint par d’autres pécheurs… on passe la soirée à regarder les étoiles et à attendre les poissons… trop petits pour rejoindre nos assiettes ; ils seront tous relâchés.

Comme chaque soir, je range glacière et nourriture fraiche dans la voiture, ne laissant qu’une caisse de conserves sur la table de la cabane.. il semble pourtant que j’ai oublié de ranger le pain ; on se rendra vite compte !

On dort plutôt mal Fabrice et moi, on se réveille souvent ; Hannah fait également un cauchemar ; je tente de la rendormir sans me lever, car sinon, c’est reparti pour un nettoyage des pieds qui seront pleins de sable.

Tout d’un coup, on entend un vacarme hallucinant : tout le contenu de la caisse avec les conserves, les bouteilles d’eau se renversent sur le sol. J’entends Fabrice crier « ooooh, skepy !!!! » (le petit nom des kangourous !)…

Un gros kangourou est rentré dans la chambre, s’est mis entre la table et le lit du coté de Fabrice, soit à moins de 50 cms de lui! A apparemment bu le contenu du seau qui était sous la table ; et s’est dit qu’il y avait de quoi manger dans la caisse qui elle était au bout de la table. Il lui a donc fallu une sacrée force pour l’approcher du bord et la renverser !!! Il a du avoir peur et s’est échappé de la cabane, ou alors c’est le cri endormi de Fabrice qui l’a fait fuir ; mais on n’y croit pas tellement ! Maceo a été réveillé par le bruit et a vu le kangourou s’échapper !!!

On est un peu mort de peur … il était si proche de nous tout de même ! Fabrice sort courageusement …. avec un couteau de cuisine à la main voir si le kangourou est toujours là… Rien à l’horizon ; il range le contenu de la caisse ; tout est renversé par terre.

Maceo et moi sortons avec précaution + lampes torches pour satisfaire un petit besoin nocturne, mais on avoue être resté à coté de la cabane sans aller jusqu’aux toilettes sèches !! Pas très téméraire, la troupe. D’ailleurs, Maceo se glisse dans notre lit pour finir la nuit, pas du tout rassuré par l’intrusion du kangourou…

Hannah, quant à elle, s’est réveillée lorsqu’on a rangé, mais n’a ni vu ni entendu le kangourou qui nous avait rendu visite. On essaye de ne pas l’effrayer plus que ça et on se dit qu’on lui racontera le lendemain !

Fabrice barricade les ouvertures avec nos chaises ; rien de très efficace mais au moins, on devrait entendre l’animal s’il tente de rentrer de nouveau. Je range le pain qu’on a retrouvé par terre ; sans doute ce qui a attiré notre visiteur, avec l’eau qu’on avait laissée dans le seau….

Le lendemain, on se réveille un peu épuisés ; on se dit que finalement la tente c’est très bien, on savait qu’elle nous protégeait des petites bestioles, araignées ou serpents, mais maintenant, on peut même se dire que notre queshua saura empêcher un kangourou de se rapprocher trop près de nous !!!!

Gros kangourou

Fabrice raconte au gestionnaire des lieux, Jim, ce qui nous est arrivé. Il lui répond qu’on a eu beaucoup de chance, car d’habitude, les kangourous tournent autour des habitations sans y rentrer, et qu’il aurait pu nous attraper un bras pendant qu’on dormait ! Sachant la force qu’ils ont, ça aurait pu être douloureux !

Ce jour là, on est à cours de glace/le magasin n’est pas ouvert/la location est  un peu chère pour notre budget/il nous reste plus de 1200 kms à parcourir pour redescendre sur Perth et on a envie de le faire tranquillement sans grosse journée de transports ; alors on se décide à repartir sur les routes. Aucun de nous n’en a envie ; on est bien, tellement bien… que ce sera la décision la plus stupide de notre périple australien.. quitter un lieu pareil ! Rien après n’aura le goût et la saveur de Red Bluff….

Plage de Red Bluff

On avait trouvé notre paradis sauvage, loin de tout, au croisement de l’outback et de l’océan…
Alors Cécile, ce petit point sur la carte d’Australie que tu m’as montré, on y a été, on a adoré, et on comprend bien pourquoi tu es y restée si longtemps !!!

La route est superbe, on s’arrete pour admirer des emeus qui traversent la route!

Il y a aussi des beaux lacs colores, dont un de sel: on peut marcher dessus.

Lacs rose, blanc et bleu sur la route de Quobba Station

Ailleurs en famille sur lac sale

4 réflexions au sujet de « Il était une fois Red Bluff : requin et kangourou trop gourmands !!!! »

  1. Attaque de Kangourou , pêche au requin , nature à couper le souffle , c’est  » Into the wild  » à la marseillaise !
    Franchement , je comprend le kangourou qui à la vue de mon Bison , s’est sauvé comme un voleur alors qu’il aura pu se présenter , tranquille et partager un bon repas avec vous !!
    Je vois qu’il y a du concept de photo ,elles sont de plus en plus sophistiqués , j’adore !!!
    Vous êtes rayonnants et physiquement très affûtés sur les photos …

    On vous envoie une palette de bisous et une cagette de  » Pura Vida  » !

  2. Bonjour à toute la petite famille!
    Je suis tombée par hasard sur votre merveilleux blog, en cherchant des informations sur le parc d’ Udu walawe au Sri Lanka, et quelle découverte n’ai-je pas fait!! Je suis complètement captivée par votre blog, vos aventures au bout du monde, depuis déjà trois jours! Ma lecture a commencé par le Sri Lanka puis en désordre j’ai continué avec les Philippines… et puis c’était tellement bien et prenant, comme un livre que j’ai décidé de tout lire depuis le début! Je n’arrive plus à décrocher! Votre voyage est merveilleux et donne tellement envie. J’ai 25 ans et ai rencontré mon ami avant qu’il parte en tour du monde 8 mois. J’ai donc un peu vécu de loin cette merveilleuse aventure via skype chaque jour en le voyant dans chaque paysage différent. Aujourd’hui de retour, je me demande quand nous pourrons le faire ensemble, car il faut réunir quelques ingrédients, quitter un job, le budget, le bon timing quoi… et vous voir partir avec vos enfants, me donne une plus longue perspective pour ce rêve que j’ai envie, comme vous de vivre. Je suis émerveillée par vos récits, votre écriture Gwen, charmante, drole et captivante. Je suis comme une enfant de vos photos, vos récits, c’est très agréable et vous égayer mes pauses au bureau. Je suis à Paris (bien qu’originaire du Sud, d’Antibes :)) et je vous lis dans le tramway, le métro! Alors merci pour ces belles aventures! Merci de me faire rêver! Je ne pensais pas qu’avec deux enfants cela pouvait être aussi facile et merveilleux, maintenant en voyant vos beaux petits anges, j’en suis convaincue!! Je serai curieuse sur les détails de votre départ pour savoir comment cela se prépare en famille (quitter les jobs, année sabbatique??, budget?). En tout cas, c’est un réel plaisir de faire votre connaissance à travers ces aventures, je vais continuer de vous lire avec grand plaisir! Voyageusement, Marine

    • merci pour ce gentil message! ça nous fait plaisir de voir qu’on nous lit encore…. petite surprise à venir: le blog va réouvrir avec d’autres aventures! chut…. pour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s