Ubud, ou comment se réconcilier avec Bali…

On se dirige vers le Nord, il pleuvait tellement dans l’est qu’on n’a pas été voir le Mont Batur, et du coup, on souhaite se rattraper avec les environs de Munduk, partie très rurale de Bali avec des nuits fraiches, ce qui pourrait nous convenir vu notre état !

Raté, il pleut sans cesse, la brume nous empêche de voir les paysages, les routes sont toujours aussi bondées, des motos partout…

On croise quelques jolis singes aux bords des routes, et on peut même acheter des fraises dans le coin !

Mais encore une fois, ce n’est pas là qu’on va trouver notre bonheur ! On hésite beaucoup à se rendre à Ubud. J’y suis allée il y a 15 ans, si c’est pour être déçus comme au Sud de Bali, je préfère encore éviter… Finalement, la perspective de pouvoir trouver quelques activités nous tente…

Il est clair que la ville a changé, c’est maintenant un dédale de boutiques de luxe, et autres restaurants bobos mais au moins, on peut circuler correctement et on sent que l’entretien de la ville est pris en compte. Pas d’ordures partout, pas de motos qui circulent sur les trottoirs.

Malgré tout, on souhaite éviter de dormir dans le centre-ville. Je ne peux clairement plus supporter le bruit permanent qu’il y a sur cette île. On n’a jamais vu autant de motos qu’ici. Bien évidemment, le Laos et le Cambodge sont moins visités, mais même la Thailande qui est touristique n’est pas aussi envahie de deux roues et de coups de klaxon permanents !

Ubud

Ubud

Une description du guide du routard nous donne envie : bungalows familiaux avec kitchenette attenante et vue sur les rizières à quelques kilomètres du centre-ville. Le Gerebig bungalows est fait pour nous ! Impossible de négocier une réduction, mais au point où on en est coté santé et coté budget balinais, plus rien ne nous étonne ! 500 000 roupies pour un bungalow à deux étages, avec une jolie salle de bains dans laquelle on peut prendre sa douche sous les étoiles (encore faudrait-il qu’il n’y ait pas de nuages !!!!) et surtout une petite cuisine qui nous enchante immédiatement.

Gerebig bungalows

Gerebig bungalows

Les courses dans le supermarché local sont vite faites, et on déjeune ou dine une fois par jour « chez nous » sur notre petite terrasse. Ce n’est pas forcement rentable, les prix des légumes ne sont pas donnés mais c’est reposant et bon (merci Fabrice !).

On réalise en couchant les enfants qu’ils ont la meilleure chambre à l’étage, et une jolie terrasse pour eux. Pas moyen de les en déloger, ils sont ravis de leur grand lit et de la moustiquaire qui les recouvre !

Les environs sont géniaux, il y a plein de petits chemins aménagés pour circuler, pas de moto, pas de bruit ! On s’y ballade souvent, on repère un cours de yoga qui a l’air pas mal et on découvre des petits restaus sympas…

Ballade

Ballade

Le style est bobo, les habitants européens s’habillent tout en blanc, pantalon thaï et chemise longue… Ils nous font rigoler. C’est très esprit méditation/bien dans son esprit et son corps

En tout cas, l’ensemble est propre, calme et reposant ! Et encore une fois, on en a bien besoin !

La piscine de l’hôtel est au bout du jardin de rizières, la famille balinaise qui gère les lieux est adorable, le petit-déj est délicieux avec des immenses assiettes de fruits frais…

On fait quelques achats dans Ubud : un nouveau maillot pour remplacer celui volé aux Philippines et Maceo s’achète tout seul avec son argent de poche un tee-shirt « BALI ». Il nous étonne parfois, je l’ai retrouvé à la caisse en train de payer son achat. Il se débrouille très bien en anglais quand il veut: « how much is it ? » fait désormais partie de son vocabulaire !

Décorations balinaises dans un petit bassin

Décorations balinaises dans un petit bassin

On a inversé le rythme normal de l’école. Depuis quelques jours, il pleut tous les après-midis alors qu’il faut beau (ou gris clair) le matin. Du coup, on fait les cours en fin de journée. Ce n’est pas idéal, mais ça nous permet de sortir un peu quand même.

Travailleur dans une rizière

Travailleur dans une rizière

Hannah nous dit qu’elle ne se sent pas très bien… Température, plus de 39°C… allez, le quatrième membre de l’équipe a succombé ! Elle a mal à la gorge, peut-être les cascades de Git Git qui étaient vraiment fraiches ???? Ou encore un mauvais microbe balinais ?

En route pour le cours de yoga! Salle de yoga

En route pour le cours de yoga! Salle de yoga

Maceo viendra à sa place au cours de yoga avec moi, Hannah est trop fiévreuse. On passera un bon moment, même si Maceo me dira ensuite « mais c’est hyper dur le yoga, le prof n’arrêtait pas de dire relaxxxxx avec un sourire alors qu’on était tout tordu depuis 5 minutes ! »

Je lui traduis de temps en temps les explications du prof, mais il arrive à suivre les mouvements sans trop de soucis… il n’a juste pas aimé le dernier quart d’heure de relaxation, mon préféré !!!

C’est le 1er cours de yoga que je fais depuis le voyage, et ce qui est assez étonnant, c’est de constater la différence de mon état d’esprit en voyage par rapport à celui de la France. Il me fallait presqu’une demi-heure en France pour arriver à me détacher des problèmes du travail… Entre deux respirations, je listais ce que j’avais à faire le lendemain et je réfléchissais à comment régler telle ou telle question. Je finissais toujours par succomber et à me vider l’esprit pour me concentrer sur ma respiration. Ici, je dois avoir l’esprit détendu (ou vide, c’est au choix !), car je suis immédiatement dans le rythme !

La salle est superbe, en hauteur avec vue sur les rizières, le prof très sympa et pas prétentieux et surtout incroyablement souple !

Salle de yoga

Salle de yoga

On est épuisés au bout de 2 heures de cours, mais très détendus. On retrouve père et fille tranquillement installés sur la terrasse, à se reposer…

A Ubud, on croise Morgane, Greg et Arthur, un couple qui vient de s’installer à Bali avec le fils de Morgane, agé de 6 ans. Pendant qu’on discute au soleil sur les restaus du coin, les enfants sont ravis de discuter en français… A force de cramer (si si, il fait beau de temps en temps !), on finit par s’attabler dans un petit restau. On discute de notre voyage et de leur nouvelle vie. Ils habitent à Seminak dans le Sud et on se promet de se revoir.

On a rencontré peu de gens dans notre trip indonésien, sans doute parce qu’on est dans des catégories d’hôtel plus luxueuses et qu’on rencontre principalement des vacanciers de 15 jours qui n’ont pas spécialement envie de discuter avec d’autres touristes.

Suivant les conseils de voyage forum, notre bible internet du voyage, on prend rendez-vous avec Nyoman (Dolit Keliki Painting School) dans un village à 10 kms d’Ubud pour un cours de peinture balinaise, pas spécialement notre style mais on se dit que c’est intéressant d’apprendre à peindre avec lui.
Le trajet est éprouvant, il pleut beaucoup et les égouts débordent, de grands jets d’eaux sortent des caniveaux, les motos et voitures peinent à monter la côte.

Pluie à Ubud

Pluie à Ubud

En arrivant à Keliki, le village où vit Nyoman, on se perd sur une route plus que cahoteuse mais la gentille vendeuse du coin appelle son fils Raï qui vient nous chercher en moto.

On est au cœur du village, Dolit, Nyoman et sa famille accueillent des étrangers, ils ont construit au milieu de leurs maisons, quelques chambres. Ils proposent des tours dans le Bali rural à la découverte d’un mode de vie bien différent que celui qu’on peut voir sur l’île en apparence et enseignent la peinture.

Les enfants sont ravis et impressionnés des peintures affichées, surtout quand on nous dit de choisir une gravure pour la reproduire…Hannah me dit qu’elle n’y arrivera jamais et Fabrice hésite avant de se lancer ! On choisit tous des Ganesh, soit disant les modèles les plus simples.

Nyoman et Raï

Nyoman et Raï

Le cours est passionnant, on dessine et peint pendant trois heures, dans une ambiance tranquille et détendue. Beaucoup de Français sont hébergés là, ils apprécient d’être au cœur d’un village non touristique et la famille balinaise chez laquelle ils vivent est adorable, ce qui ne manque pas de charme.

Fabrice s'applique!

Fabrice s’applique!

Les enfants sont très concentrés, ils sont aidés pour les débuts au crayon, difficile de reproduire une Ganesh à 5 ou 8 ans mais Maceo en fait quand même une partie. Ensuite, il faut repasser au feutre fin noir sur tous les coups de crayon gris. Hannah s’applique et le fait parfaitement. Fabrice désespère un peu mais s’accroche!

Cours de peinture balinaise

Cours de peinture balinaise

Quant à la peinture en soi, Fabrice et moi choisissons l’encre de Chine. Nyoman nous montre comment peindre des ombres et des zones plus foncées. Les enfants peignent en couleurs.

On est assez fier du résultat ! Nos peintures sont quand même réussies et on repart tout fiers avec….

Une activité à conseiller !

Hannah guérit au bout de 2 jours, plus de fièvre mais c’est maintenant de nouveau Maceo qui se sent mal… On a l’impression qu’on ne s’en sortira jamais !

Le dernier jour, on rencontre Christelle et Pierre qui nous ont contacté via notre blog pour qu’on parle un peu ensemble des destinations qu’on a faites au début du voyage, Laos, Philippines et Cambodge. Ils sont en tour du monde depuis 9 mois (on est des petits joueurs à coté !) mais hésitent aussi à repartir en arrière et visiter l’ouest australien… Ils ont, comme nous, rencontré peu de voyageurs au long cours sur Bali, et sont avides de renseignements.

Ils ont encore 3 mois devant eux ! Forcément, on est enthousiaste sur cette partie de notre voyage, cela nous ramène en arrière à notre road trip dans l’outback et sur la côte…

On en est tout ému ! On leur souhaite une dernière partie de voyage passionnante quelques soient les endroits choisis !

Clin d'oeil...

Clin d’oeil…

On quitte Ubud doucement, pas du tout pressés de retrouver le Sud de l’île. Cette partie du séjour nous aura permis d’apprécier Bali, même si on n’est pas en mode routard comme on a l’habitude.
Décollage dans 2 jours pour le Sri Lanka, allez en route, mauvaises troupes !

Une réflexion au sujet de « Ubud, ou comment se réconcilier avec Bali… »

  1. Ping : On essaie d’avancer « Un tour du monde en famille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s